Extrait des réponses aux Questions des Délégués du Personnel Devoteam SA – Levallois Le 12 septembre 2012

Avec l’aimable participation active (“proactive comme cause le taulier”) de la section syndicale CGT de DEVOTEAM

Question n°1 :
Des salariés reçoivent des mails automatiques à répétition qui leur demandent de saisir le CRA. Cette saisie est impossible depuis au moins plusieurs jours.
Ceci génère du stress. Que faire ?

Réponse de la Direction :
Une maintenance en cours sur Aramis bloquait effectivement la saisie des CRA sur septembre, ce qui figurait d’ailleurs dans le message d’erreur associé. Ce blocage étant maintenant levé, les collaborateurs peuvent saisir leurs CRA du mois de septembre.

Question n°2 :
Si le temps consacré au trajet dépasse le temps normal de trajet entre le domicile et le lieu habituel de travail, cela doit faire l’objet d’une contrepartie. Quelle est la contrepartie proposée et accordée par Devoteam ?

Réponse de la Direction :
Au cours des négociations qui ont lieu à ce sujet en juin 2011, la direction et les organisations syndicales ne sont pas parvenues à se mettre d’accord. Compte tenu de l’absence de demandes de collaborateurs portées à notre connaissance, la direction a estimé qu’il était prématuré de prendre des dispositions sur le sujet.

Cependant, si des demandes d’indemnisation d’un temps anormal de trajet étaient faites par les collaborateurs, la direction pourrait étudier de telles demandes, au regard néanmoins des clauses du contrat de travail du collaborateur concerné, comme évoqué en réunion de négociation.

Question n°3 :

La réforme du licenciement collectif, qui sera discutée dans le cadre de la négociation sur l’emploi, devrait englober toutes les situations, y compris les licenciements dits boursiers fustigés pendant la période électorale.
Monsieur De B déclare que Devoteam grâce à son turn-over naturel n’as pas besoin d’un plan social. Cependant le taux de turn-over ne prend pas en compte uniquement les démissions, mais aussi les autres formes de fins de contrat (licenciements, ruptures amiables…).
Ces déclarations stressent une catégorie de consultants. Comment comptez-vous rassurer tous les salariés de Devoteam ?

Réponse de la Direction :
Les propos de SdS avaient pour objectif de préciser simplement que le plan de transformation de Devoteam n’est pas assorti d’un plan de réduction des effectifs. Ces propos devraient donc au contraire rassurer les salariés.

Question n°4 :
Un salarié a passé son entretien annuel, il y a plus de deux mois et il n’a toujours pas reçu de réponse concernant sa demande d’augmentation de salaire. Pourquoi ?

Réponse de la Direction :
La direction précise qu’une demande d’augmentation de salaire n’est pas systématiquement accordée.
Par ailleurs, la direction est surprise par la question dans la mesure où ce point fait l’objet d’un échange spécifique lors de l’entretien annuel.
Néanmoins, si le collaborateur n’a pas eu de retour, qu’il soit positif ou négatif, ce dernier peut relancer son manager à ce sujet.

Question n°5 :
Beaucoup de salariés déplorent les mauvaises conditions de travail (travail particulièrement éprouvant, rapports humains conflictuels, management de mauvaise qualité…) chez les clients. Comment protège Devoteam ses salariés face aux dérives et agissements chez les clients ?

Réponse de la Direction :
Si un consultant estime que ses conditions de travail chez le client sont susceptibles de présenter un danger grave et imminent pour sa santé physique et/ou psychique, il doit en faire part à son manager, à sa RH, au service Affaires Sociales ou aux IRP afin de mettre en place des actions visant à faire cesser le trouble qui lui est apporté.
La direction a diffusé une note indiquant les différents interlocuteurs qu’un collaborateur peut contacter en cas de RPS ressentis ou détectés chez un collègue : https://weez.devoteam.com/docs/DOC-68275.

Question n°6 :
Un salarié a passé son entretien annuel, il y a plus d’un an et demi. Quand il a fait la demande d’entretien annuel, la direction lui a répondu que les EA ne sont pas une obligation. Pourtant ces collègues sont à jour dans les EA. Pourquoi cette discrimination ?

Réponse de la Direction :
La direction est très étonnée par la réponse qui a pu être apportée à ce collaborateur et suppose qu’il s’agit d’un quiproquo. En effet, l’entretien annuel fait partie des process internes et doit être fait soit à la date anniversaire d’ancienneté du consultant soit en début d’année pour les collaborateurs de la structure.

Question n°7 :
Beaucoup de salariés déplorent des blocages nombreux (évolution de carrière, salaires, nature du travail, mobilité géographique…). Certains pensent partir avant 15 mois d’anciennetés. D’après les affirmations des DP, les accords RTT tomberont au bout de 15 mois après les filialisations planifiés chez DEVOTEAM SA. Infirmez-vous ces informations information afin de réduire le stress chez les salariés?

Réponse de la Direction :
En cas de modification dans la situation juridique de l’employeur, les accords collectifs ne sont pas transférés à la nouvelle entité mais restent toutefois applicables pendant un délai de 15 mois maximum suivant la date de l’opération juridique.

En effet, suite à une opération ayant donné naissance à une nouvelle entité par exemple, il convient d’entamer des négociations en vue de la conclusion de nouveaux accords dans les trois mois qui suivent l’opération juridique. Sauf si des accords de substitution sont conclus avant, les accords en question subsisteront pendant un délai de 12 mois à compter de l’expiration du délai de 3 mois.
Néanmoins, il est à noter que le contrat de travail qui peut contenir des informations sur la réduction du temps de travail sera automatiquement transféré.

Question n°8 :
Une jurisprudence s’oppose à la mise en concurrence des salariés. La justice vient de trancher : oui, le management agressif nuit à la santé. Le tribunal de grande instance (TGI) de Lyon vient de condamner la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes Sud (Cera), qui évaluait depuis le début de l’année ses banquiers selon la méthode du “benchmark”. Quelle est la politique chez Devoteam ?

Réponse de la Direction :
Par un arrêt du 04 septembre dernier, le Tribunal de Grande Instance de Lyon a effectivement jugé que
« l’organisation collective du travail basée sur le benchmark compromet gravement la santé des salariés et contrevient aux dispositions de l’article L 4121-1 et suivants du code du travail ».
En l’espèce, le système mis en place consistait en une évaluation des collaborateurs mettant en concurrence les agences et les commerciaux dont les performances étaient comparées à chaque instant, et aucun objectif n’était officiellement défini.

Chez Devoteam les collaborateurs sont évalués individuellement par rapport à des objectifs fixés en début de période. Par ailleurs, ils sont évalués dans une logique de parcours métier, c’est-à-dire à partir de fiche métier et non par comparaison à d’autres collaborateurs.

Quand on parle de benchmark chez Devoteam, il s’agit uniquement de comparaison de salaire interne et externe pour assurer à la fois une cohérence dans la grille des salaires et proposer une politique salariale en adéquation avec le marché.

Question n°9 :
Monsieur de B a annoncé ce mois-ci dans la presse que Devoteam aura plus de processus pour maitriser les couts. En même temps il affirme « Un cadre français prend en moyenne 8,5 semaines de congés par an (en tenant compte des RTT), contre 5 en Allemagne et 2 aux États-Unis. Un retour à 5 semaines de congés serait un choc de compétitivité pour les entreprises et ne coûterait rien aux finances publiques. » 
Les familles des salariés s’inquiètent ! Il y a-t-il une remise en jeux des accords RTT chez DEVOTEAM sous deux ans?

Réponse de la Direction :
L’accord d’entreprise sur l’aménagement, l’organisation et la réduction du temps de travail applicable à Devoteam SA découle des lois Aubry des 13 juin 1998 et 19 janvier 2000 sur les réductions du temps de travail fixant la durée légale du travail hebdomadaire à 35 heures.

L’accord d’entreprise n’est actuellement pas remis en cause.

Question n°10 :
L’affaire PSA relance l’idée d’une loi pour interdire les « licenciements boursiers ». Des salariés inquiets aimerait savoir la stratégie de Devoteam tient compte de cette possibilité ?

Réponse de la Direction :
Comme l’a précisé Stanislas De Bentzmann dans son interview accordée à BFM Business, le plan de transformation de Devoteam n’est pas assorti d’un plan de réduction des effectifs.

Question n°11 :
Un salarié demande : « Je vous remercie beaucoup d’avance s’il vous plaît de me rétablir immédiatement l’accès téléphonique mobile vers et depuis l’International que j’avais avec Bouygues Telecom s’il vous plaît conformément à l’engagement donné au CHSCT de forfait similaire lors de ce changement d’opérateur. »

Réponse de la Direction :
La direction a répondu à ce salarié.

Question n°12 :
Pouvez-vous, s’il vous plait, confirmer à un salarié-cadre (position 3.2): que la différence entre le positionnement 3.1 et 3.2 est aussi caractérisée par l’initiative et la responsabilité (critères d’autonomies donnés lors de l’embauche) ?

Réponse de la Direction :
Les positions et coefficients SYNTEC sont établis et déterminés au regard de l’expérience exigée dans le poste ainsi que des responsabilités et autonomies attendues.
Selon la convention collective SYNTEC, la position 3.1 correspond à un poste faisant appel à des initiatives et responsabilités sous les ordres d’un directeur général ou d’un directeur auquel le collaborateur rend compte et dans lequel le collaborateur est en position de commandement.
La position 3.2 correspond à un poste faisant appel à de très larges initiatives et responsabilités. La convention précise que le collaborateur en position 3.2 oriente et contrôle le travail de ses subordonnés
(cadres et non-cadres).

Question n°13 :
Quand aura-t-il un rattrapage de l’augmentation de la carte orange (Navigo) chez Devoteam ?

Réponse de la Direction :
Suite à une décision du STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France), une modification tarifaire des transports en Ile de France est intervenue le 1er août 2012.

Cette augmentation tarifaire est déjà prise en compte dans le remboursement mensuel de l’abonnement Navigo, sous réserve que le collaborateur ait bien fourni le justificatif d’achat de son coupon de transport du mois d’août.

Pour les collaborateurs ayant souscrit un abonnement annuel, l’augmentation tarifaire sera prise en compte lors du remboursement du mois de septembre 2012. En effet, la Direction ne procède pas au remboursement de la carte Navigo au mois d’août, la RATP ne prélevant qu’onze mensualités pour l’année (le 12ème mois d’utilisation du forfait ne fait pas l’objet d’un prélèvement).

Si vous souhaitez vraiment l’original, cliquez ici: Réponses aux questions DP Levallois – Octobre 2012

This entry was posted in Délégués du Personnel, restructuration, Telecom & Media, transformation, Ultralibéralisme and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply